Introduction

Une lésion de la moelle épinière provoque la paralysie de muscles situés en dessous de la lésion. Les traumatismes en sont la première cause ; un accident de la route, une mauvaise chute ou un plongeon en eau peu profonde… peuvent endommager la colonne vertébrale et le tissu nerveux qu’elle contient, la moelle épinière.
Les victimes de tels accidents ont longtemps été considérées comme des cas intraitables, demeurant handicapées à différents degrés. Mais les avancées en neurosciences ouvrent de grands espoirs pour ces personnes… Les recherches autorisent à croire que la régénération des neurones de la moelle épinière est possible, permettant aux paralysés de récupérer des fonctions perdues.

Un paradoxe récurrent…

La première greffe d’un coeur sur l’homme a eu lieu en décembre 1967 en Afrique du Sud, dans un pays où la législation permettait cette opération. Cette innovation a ouvert la voie à l’évolution de la médecine cardiaque.
Pourtant, les progrès scientifiques qui ont permis cette première opération du coeur existaient depuis plusieurs années, dans les pays à la pointe de la recherche en ce domaine : les Etats-Unis, et l’Europe occidentale. Mais englués dans un système législatif fait de pesantes réglementations, il aurait fallu dans ces pays, attendre encore de nombreuses années pour obtenir le feu vert de l’administration et opérer le premier patient.

Dans le domaine de la moelle épinière (et du cerveau qui en est le départ ), le Neurogel a été inventé durant les années 90 par un médecin français établi au Canada. Mais la législation, en raison de lentes et lourdes procédures, n’a pas permis à ce produit d’être appliqué sur l’homme.
En même temps, à plus de 7000 km du Canada, à l’autre bout de l’Europe, des neurochirurgiens de Kiev en Ukraine travaillaient dans le même domaine de recherche. Ils avaient identifié avec précision les propriétés du produit, nécessaires à l’expérimentation sur l’homme dans une moelle épinière sectionnée, afin d’en rétablir les fonctions.
Mais ils n’arrivaient pas à créer ce matériau, d’une grande complexité. C’est en 2004 qu’ils apprenaient qu’un produit similaire à celui qu’ils cherchaient à fabriquer avait été inventé par un scientifique au Canada.