Conclusion

Dans une lésion de la moelle épinière, qu’elle soit récente ou ancienne, complète ou partielle, le Neurogel a permis de créer un pont permettant le passage des neurones et des vaisseaux sanguins afin de rétablir des fonctions. C’est l’essentiel.

Ce pont rend maintenant toute avancée possible, car il convient désormais de savoir quels compléments chimiques…, biologiques…, mécaniques…, conviendront pour la meilleure stimulation et croissance des neurones.

Quel avenir?

Les Ukrainiens qui ont prouvé l’efficacité du Neurogel, se trouvent aujourd’hui confrontés à la situation suivante pour avancer : Ils ont testé avec succès le Neurogel sur l’homme, mais pour utiliser ce produit dans les hôpitaux du pays, ils devront l’importer de façon commerciale et officielle. Et pour cela ils devront obtenir toutes les autorisations douanières dans un pays confronté à des problèmes de corruption. Ils devront ensuite trouver le financement pour acheter les gels dont le prix sera disproportionné et donc hors de prix pour les patients.

Ce qui a pu être fait pour le coeur en 1967 en Afrique du Sud, a été réalisé ces dernières années à Kiev pour la moelle épinière.

Les opérations et les résultats positifs obtenus sur l’homme à Kiev doivent aujourd’hui servir aux autres pays et particulièrement aux pays plus développés, là où les barrières administratives empêchent d’avancer.